Transmission générationelle et épigénétique

Des chercheurs de l'Université de Genève ont découvert

que certains traumatismes laissent une trace biologique

dans l'ADN des victimes

 

La maltraitance dans l’enfance laisse des traces génétiques

 

 

La maltraitance dans l’enfance laisse des traces génétiques. Le professeur Alain Malafosse, du Département de psychiatrie de l’UNIGE (…) En examinant leur ADN, issu d’une simple prise de sang, les chercheurs ont observé des modifications épi génétiques, c’est-à-dire dans les mécanismes de régulation des gènes, chez les participants ayant été maltraités durant leur enfance (abus physique, sexuel et émotionnel, carences affectives…).

 

Le groupe de recherche du professeur Alain Malafosse, du Département de psychiatrie de l’UNIGE, en collaboration avec le Département de génétique et de développement, a ainsi démontré que l’association entre maltraitance infantile et certaines pathologies adultes résultait d’une modification des mécanismes de régulation des gènes. Leurs travaux sont publiés dans la revue Transnational Psychiatrie.

 

Ont participé à l’étude 101 sujets adultes souffrant d’un trouble de la personnalité borderline, caractérisé notamment par une instabilité dans les relations interpersonnelles, les émotions et l’impulsivité. En examinant leur ADN, issu d’une simple prise de sang, les chercheurs ont observé des modifications épi génétiques, c’est-à-dire dans les mécanismes de régulation des gènes, chez les participants ayant été maltraités durant leur enfance (abus physique, sexuel et émotionnel, carences affectives…).

 

Ces modifications épi génétiques se situent dans le processus de gestion du stress. «C’est la première fois que l’on voit un lien aussi clair entre un facteur environnemental et une modification épigénétique», souligne Ariane Giacobino, du Département de génétique et de développement. Lien d’autant plus fort que plus la maltraitance a été sévère durant l’enfance, plus la modification est importante.

 

 

https://affairesfamiliales.wordpress.com/2012/01/14/la-maltraitance-dans-lenfance-laisse-des-traces-genetiques/

 

Source: La Tribune de Genève2012 savoirs/sciences/La-maltraitance-dans-lenfance-laisse-des-cicatrices-genetiques/story/11656001

 

 

 

Le reportage de la découverte à l'UNIGE
Le reportage de la découverte à l'UNIGE

Le Dr Ariane Giacobino explique les résultats étonnants de l'expérience menée à l'UNIGE.

Dossier Constellations Familiales

 

 

Les principes fondamentaux des constellations familiales

 

 

Trois grandes lois gouvernent le fonctionnement du système familial :

 

La loi de l’ordre:

A l’intérieur d’une famille, chaque membre détient, en relation avec les autres membres de la famille une place unique, irremplaçable et spéciale, qui est déter- minée au moment de sa naissance, et qui doit être reconnue et respectée pour maintenir le système en harmonie. Les parents viennent avant les enfants, les enfants majeurs avant les enfants mineurs, parce que la vie suit un ordre dicté par le temps et avance selon cette même direction, du passé vers le futur. Qui est arrivé avant a plus droit de celui qui est arrivé après. Si cet ordre n’est pas respecté, l’énergie vitale cesse de couler.

 

La loi d’appartenance:

Chaque membre d’un système familial a le droit d’appartenir au système-famille  et par conséquent personne n’a le droit de l’exclure, sous aucun prétexte. Ceci est particulièrement vrai pour les enfants avortés, morts très jeunes, qui normalement finissent par être oubliés ou même considérés comme ne faisant pas partie de la famille. Mais même les personnes qui ont été exclues ou oubliés par la famille à la suite d’un rejet social, d’un handicap physique ou mental, d’emprisonnement, d’homosexualité, d’émigration, de choix religieux doivent être réintégrées dans la famille, faute de quoi les successeurs auront à payer les conséquences de l'exclusion, souvent en répétant la même destinée des ancêtres exclus.

 

La loi de l’équilibre:

Dans le système familial il y a non seulement un sens d’appartenance, mais aussi un sens d’équilibre: les parents sont « les grands » qui « donnent », alors que les enfants sont « les petits » qui eux « reçoivent ». Afin qu’il y ait équilibre à l’intérieur d’un système, il faudrait toujours que cette règle soit respectée; les parents devraient « donner avec amour» c’est à dire sans rien prétendre en échange, et les enfants devraient « recevoir avec gratitude » c’est à dire ne pas se plaindre ou juger pour ce qu’ils ont reçu. Dans une relation de couple les partenaires sont égaux puisque ils sont adultes; dans ce cas l’échange se fait sur des bases d’égalité, c’est à dire quand chacun reçoit et donne dans la même mesure.

 

 

La conscience familiale:

Chacun est pleinement responsable de ce qu’il fait: les conséquences de chaque action faite par chaque composant du même groupe finissent par retomber sur tout le système, si le responsable n’en assume pas la charge. Chaque tort ou subit requiert une réparation, et il arrive souvent que des personnes se retrouvent engagées malgré elles dans ces devoirs de réparations au lieu de vivre leur propre vie.

 

L’amour aveugle:

Le lien qui unit les enfants à leurs parents est un sentiment inconscient d’origine biologique et primaire. Ce lien persiste même si l’enfant n’a pas eu de contact avec ses parents biologiques, s’il ne les a pas connus ou s’il y a eu des violences, des abus ou des conflits. C’est le cas d’un enfant abandonné ou qui a été élevé par d’autres personnes. C’est un amour qui non seulement est inconditionnel, mais il est aussi « aveugle » puisqu’il pousse les enfants à prendre inconsciemment sur eux la douleur et la destinée de leur propre parents. Certains enfants sont prêts à sacrifier leur propre existence pour leurs parents, dans l’espoir de pouvoir « les sauver » et ils se condamnent parfois à des vies de solitude, faillite, maladie

voire la mort.

 

Le mouvement interrompu:

 

Les parents et spécialement la mère, sont en mesure d’offrir amour, protection, sécurité et confiance. L’enfant dépend totalement de ses parents et particuliè- rement de la mère, avec laquelle il existe dès le départ une relation symbiotique. Pour une croissance sereine et harmonieuse il est fondamental que ce lien d’amour et dénergie vitale entre parents et enfants puisse continuer à exister.

 

Mais si à cause d’un événement dramatique qui frappe la vie de la mère, la relation mère-enfant se brisait de manière prématurée, l’enfant ne serait plus en mesure de "recevoir". Cette interruption du courant d’énergie de la mère vers l’enfant est appelé "mouvement interrompu".

 

Les causes du mouvement interrompu peuvent être multiples: une grossesse qui s’est déroulée dans l’anxiété ou le danger comme dans le cas de deuils, guerres, famines, ou bien un accouchement dans des conditions graves, soit pour la mère ou pour l’enfant. Le décès de la mère pendant l’accouchement, ou peu de temps après est à considérer comme particulière ment difficile à vivre. Dans tous ces cas il sera nécessaire de rétablir, avec les procédures adéquates,  la connexion d'origine entre la mère et l’enfant.

 

Bert Hellinger

 

۞

 

           L'autre Dimension", selon Bert Hellinger

 

" La question est : mais d’où vient-il, ce mouvement qui se manifeste à travers les représentants? D'où vient-il lorsqu’il se manifeste également à travers le Constellateur et toutes les autres personnes présentes qui en sont saisies?

 

Il vient d’une autre dimension qui de l’extérieur, nous saisit au plus profond de nous-mêmes. Il nous saisit irrésistiblement, d’une manière secourable.  Il nous saisit personnellement et en même temps tous ceux avec lesquels nous sommes reliés et avec qui nous devons être en lien. Il nous relie à ceux dont nous étions séparés, peu importe de quelle manière. Cela signifie qu’il s’agit d’un mouvement d’amour, le mouvement d’un amour qui englobe tout. Il s’agit d’un mouvement fondateur, créateur qui remet de l’ordre là où il y avait du désordre.

 

La condition est que nous nous laissions saisir par ce mouvement sans désirs, sans intentions propres, que nous nous ouvrions à lui humblement en notre âme et conscience".

 

                                                               

 ۞

 

 

                                     VIVRE SANS PEUR "

 

de Thich Nhat Han fondateurs du "bouddhisme engagé", mouvement           qui allie méditation et action.

texte extrait de son livre "vivre sans peur" aux éditions le Jour:


"Notre peur originelle ne provient pas uniquement de notre naissance

et de notre enfance; la peur que nous ressentons vient également de la

peur originelle de nos ancêtres. Nos ancêtres ont souffert de la faim et de nombreux dangers, ils ont connu des moments d'angoisse terrible. Ces peurs nous ont été transmises, elles sont présentes en chacun de nous.

 Nous sommes la continuation de nos père et mère. Nous ne pouvons pas extraire ce matériau de nous-mêmes. Le fait d'être en colère contre nos parents n'y change rien. Nous sommes juste en colère contre nous-mêmes. Nous avons besoin de nous réconcilier avec les parents en nous, de parler avec eux en nous et de rechercher des moyens de coexister pacifiquement. Si nous pouvons comprendre cela, la réconciliation sera facile.
 

 La Joie, la paix, la liberté et l'harmonie ne sont pas que des questions individuelles. Nous devons vivre d'une façon qui permette à nos ancêtres en nous de se libérer et à nous-mêmes de nous libérer. Si nous ne les libérons pas, nous-mêmes serons liés toute notre vie et nous transmettrons cela à nos enfants et petits-enfants. C'est maintenant qu'il faut libérer nos parents et nos ancêtres en nous. Nous pouvons leur offrir la joie, la paix, la liberté et l'harmonie en même temps que nous offrons la joie, la paix, la liberté et l'harmonie à nous-mêmes, à nos enfants et à leurs enfants. Tant que nos ancêtres en nous souffrent encore, nous ne pouvons pas être réellement heureux. Si nous faisons un pas dans la pleine conscience, libres et heureux de toucher la terre, nous le faisons pour tous nos ancêtres et pour toutes les générations futures.


 La compréhension, lorsqu'elle se manifeste, nous aide à relâcher notre peur, notre colère, notre haine... L'amour ne peut naître que sur un terrain de compréhension. Là où il y a de la compréhension, il y a de l'amour. Quand nous comprenons la souffrance d'un parent, d'un ancêtre, les énergies d'amour et de compassion sont libérées.

 Vous pouvez toucher la présence de votre père et de votre mère dans chaque cellule de votre corps. Ils sont pleinement présents en vous, de même que vos grands-parents, vos arrières grands-parents. En touchant leur présence en vous, vous savez que vous êtes leur continuation.

 Peut-être que vous pensez que vos ancêtres ne sont plus, mais mêmes

les scientifiques disent que vos ancêtres sont présents en vous, dans l'héritage génétique qui est dans chaque cellule de votre corps.

 La même chose est vraie pour vos descendants. Vous serez présent dans

chaque cellule de leur corps. Vous êtes présent dans la conscience de chaque personne que vous avez touchée.

 Si vous pouvez considérer vos ancêtres ainsi, vous comprendrez qu'ils étaient des êtres humains qui souffraient et qui essayaient de faire pour le mieux. Cette compréhension permet de dépasser le rejet et la colère.   Accepter vos ancêtres avec leurs forces et leurs faiblesses vous aide à devenir plus paisible et à éprouver moins de peur. Vous pouvez aussi voir vos frères et soeurs ainés comme les plus jeunes de vos ancêtres, car ils sont nés avant vous. Ils ont, eux aussi, leurs forces et leurs défis comme chacun de nous.

 C'est seulement quand vous aurez fait la paix avec eux que vous pourrez être à cent pour cent dans le moment présent".

 

                                                                            Thich Nhat Han